RADIO(S)



Des hommes armés ont attaqué, vendredi soir, un restaurant et un hôtel de Ougadougou, la capitale du Burkina Faso, fréquentés par des Occidentaux, faisant au moins une vingtaine de morts et plus de quatorze blessés et retenant des otages.

Les forces de sécurité ont lancé tôt ce matin l'assaut contre l'hôtel Splendid de Ouagadougou, dans lequel des islamistes présumés sont retranchés avec des otages. Elles auraient réussi à libérer 63 personnes, dont 33 blessés. Parmi elles figure le ministre du Travail burninabé, Clémant Sawadogo. L'opération a débuté peu après 01h00 GMT à la suite de nouveaux échanges de tirs. Deux groupes de forces spéciales ont pénétré dans le lobby, qui est partiellement en feu.

Trois hommes armés

Vers 19H45 (locale et GMT), des tirs nourris et des détonations ont éclaté dans le secteur de l'hôtel Splendid et du café restaurant Cappuccino voisin, deux établissements du centre de Ouagadougou.

Une dizaine de voitures brûlaient dans la nuit sur l'avenue Kwame Nkrumah, une des principales artères du centre de la capitale où sont situés les deux établissements.

Les coups de feu semblent avoir été tirés par trois hommes armés et enturbannés. Un témoin a affirmé avoir vu quatre assaillants «enturbannés et de type arabe ou blanc».

Des tireurs se sont retranchés dans l'hôtel, où ils retenaient un nombre inconnu d'otages, selon le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Alpha Barry.

L'ambassade de France a évoqué très rapidement une «attaque terroriste», mettant en place un numéro d'urgence pour la communauté française alors que le vol Air France Paris-Ouagadougou a été dérouté vers le Niger voisin.

Partager